Monthly Archives: septembre 2021

Dernier écrit personnel

Dernier écrit personnel

Et voilà la nouvelle écrite ce printemps, dans le cadre du concours de nouvelles Georges Sand, sur la thématique « grain de sable »

Peu à peu, l’obscure armée de conifères, dont la cime était violemment secouée par un vent soudain qui s’était levé, s’éclaircit pour laisser place à un immense lac gris. En levant la tête, Eleanor s’aperçut que des nuages noirs avaient envahi le ciel, menaçant de déverser des trombes d’eau à tout moment. Le souffle puissant des rafales créait des vaguelettes à la surface de l’eau et une brume fantomatique recouvrait les berges, le lac semblant y faire une trouée inexpliquée. De l’autre côté, squelettique, branlante, trônait une cabane en bois sur pilotis. Ses poutres plantées dans l’eau ressemblaient à des jambes décharnées, rongées par l’usage du temps. La jeune femme resserra les pans de sa cape, chassant les cheveux qui venaient lui tomber dans les yeux et talonna l’équidé pour qu’il l’emmène au petit trot jusqu’à la masure.

La critique du moment

La critique du moment

Extrait de la critique de Les deux vies de Baudouin

En commençant Les deux vies de Baudouin, je me suis dit : « Oh non, je ne vais pas encore écrire un billet sur Fabien Toulmé ! ». Ben raté, il n’a pas qu’à être si doué ! Parce qu’en fait, en refermant le livre, j’avais pris une sacrée claque, le coeur serré, la gorge nouée par l’émotion et, avouons-le, les larmes qui coulaient sur les joues.